Castelnou 66 : le septième village préféré des français

Petite commune de 300 habitants, Castelnou s’étend sur une surface de 19.28 km2. Niché sur une colline juste à côté du château de vicomtal, le village est entouré de plaine et de forêt naturel.

Petit rappel sur l’histoire du village

Depuis la construction du château de Castelnou vers 990, des petites maisons aux alentours du fort ont été sorties de terre. Assiégé 3 fois au cours de l’histoire, après la révolution française, la forteresse a été décrétée comme étant un bien national. En 1286, il a subi une restauration et à partir 1950, il fut devenu un lieu incontournable pour les artistes et plus notamment les peintres. Enfin, depuis les années 70, le village a été façonné pour devenir un lieu touristique. Et selon étude, elle est désormais le 7è village préféré des français.

Les lieux incontournables à Castelnou

Le château vicomtal avant tout

Si vous passez à Castelnou, il faut obligatoirement faire un passage au château de vicomtal. Néanmoins, comme il est actuellement en phase de réhabilitation, les visites sont temporairement suspendues.

Le village médiéval de Castelnou

La visite de ce petit village établi sur le flanc d’une colline pourrait vous projeter directement à l’époque médiévale. A part cela, vous pouvez aussi en profiter pour goûter aux spécialités des artisans locaux. Par contre, avant de vous y rendre, il est important de noter que le parking est payant.

La tour de Castelnou et l’Eglise Sainte-Marie du Mercadal

Avant de finir votre visite, n’oubliez pas également de faire un saut sur la tour de Castelnou et l’Eglise Sainte Marie du Mercadal. Chaque année, ces monuments attirent plus de 400 000 touristes.

Les autres endroits touristiques aux alentours de Castelnou 66 

Outre la visite du village, pour parfaire votre séjour dans la région, vous pouvez aussi faire un tour sur les autres attractions disponibles à ses alentours. Parmi les meilleurs endroits incontournables, on peut citer le Pic du Canigou, le Château de Quéribus, l’ Ille-sur-Têt et Céret.

Auteur de l’article : Anne Bodleric